mardi 16 janvier 2018

Nouveau courrier au Premier Ministre - les 4 Maires prêts à répondre à la Société du Grand Paris

Suite du courrier du 27 novembre 2017

les 4 Maires prêts à répondre à la SGP lorsqu'elle consentira à produire son mémoire en défense devant le conseil d'état... après la tenue des assises de la mobilité, moment très riche que chacun peut retrouver en intégralité et présenté sur...

http://www.assises-mobi-saclay.fr/ 



Retranscription intégrale de l'original PDF






Monsieur Le Premier ministre
Edouard PHILIPPE
Hôtel Matignon
57 rue de Varenne
75700 Paris SP 07

N. Réf. PG/ML/17/
Objet : Arbitrage concernant la ligne18

Monsieur le Premier ministre,

Nous donnons suite à notre lettre du 28 novembre dernier (N/réf. PG/ML/17) où nous évoquions l'organisation, en collaboration avec les mouvements associatifs locaux et régionaux, du colloque consacré aux mobilités sur le plateau de Saclay, dans le cadre des Assises de la mobilité. En suscitant cette confrontation d'experts en transport et en innovations technologiques avec des spécialistes en démographie, en urbanisme, en économie des bassins d‘emploi (notamment), nous avons le sentiment d'avoir réalisé la mission que s'assignait le futur Président de la république lorsque, traitant du sujet du Grand Paris Express, il évoquait le problème des circulations sur le plateau de Saclay:

"Nous ignorons ce que seront les transports dans dix ans. (...) Sur les parties les moins fréquentées du futur réseau de métro automatique, celles où le retour socio-économique et écologique est le moins évident, il n'est pas interdit de se demander si un mode de desserte peu onéreux ne serait pas susceptible de se substituer à un autre, très onéreux. La décision est difficile à prendre pour l'instant parce qu'elle dépend de l‘évolution technique et des usages. Je pense à la desserte du plateau de Saclay par la ligne 18 : des experts devront être réunis pour nous dire si l’évolution attendue des technologies mérite d'amender le projet du Grand Paris Express ou si rien ne le justifie." 
(Extrait de l'interview d'Emmanuel Macron dans la revue Grand Paris Développement, #18, mars 2017, rubrique Grand entretien, page 10)

Au plus près des propos échangés cinq heures durant, lors de ces Assises, nous pouvons affirmer que la seule perspective garantissant un avenir soutenable est de conjuguer

  1. la recherche immédiate de solutions souples et légères visant à satisfaire les besoins les plus urgents de transports collectifs dans un contexte d'ores et déjà proche de l'embolie.
     
  2. la remise sur le métier du schéma d‘ensemble des circulations sur le plateau en partant de la réalité empirique des flux à court, moyen et long terme. C'est ce que nous vous demandons d'entreprendre avec nous, en rompant définitivement avec le dogme ressassé depuis plus de dix ans par le lobby techno-industriel et ses succursales académiques, ses annexes immobilières et ses prolongements politiques dans les institutions en trompe-l'œil de la "marque" Paris Saclay...

Faute d'écoute, pour le moment du moins, à cause d‘une fébrilité entretenue au moyen d'urgences fabriquées de toutes pièces (l'Expo 2025 est, à cet égard, un cas d'école), nous nous proposons d'utiliser les points les plus saillants de notre colloque pour enrichir de manière significative le contenu de nos réponses lorsque la Société du Grand Paris consentira à produire son mémoire en défense devant le Conseil d'État. Pour autant, il nous semble aussi raisonnable que légitime d'échanger avec vous sans nous cantonner dans la seule voie contentieuse. Notre colloque a bien mis en relief que la ligne 18 serait disproportionnée au regard des prévisions de trafic, du fait qu’elle traverse un territoire très peu dense, que son tracé est perpendiculaire aux flux de déplacements et qu'elle interconnecterait des bassins de vie et d‘emploi qui n‘ont quasiment rien en commun; elle serait ainsi génératrice d'étalement urbain. Plusieurs points comme ceux-ci mériteraient, selon nous, une discussion à frais nouveaux en justifiant d'un engagement de l'État: la nature des enquêtes socio-démographiques à entreprendre ; la formalisation d'un modèle des flux de déplacements; la prise en compte des observations et des recommandations de MSN ; les alternatives à la ligne 18 beaucoup mieux en phase avec les vrais besoins, les fortes contraintes financières et l'inexorable transition énergétique.

Dans cette perspective, nous vous invitons à nous rencontrer et pourquoi pas sur le plateau de Saclay, dans une de nos mairies à une date à votre convenance. En attendant, nous vous prions de croire, Monsieur le Premier ministre, en l'assurance de notre haute considération.


lundi 15 janvier 2018

Un appel de scientifiques pour un aménagement du Plateau de Saclay respectueux de sa valeur écologique et de ses habitants

Un Appel vient d'être lancé, porté par une quarantaine de chercheurs et personnels de Paris-Saclay, pour défendre les terres agricoles et arrêter l'expansion urbaine sur le plateau de Saclay. Ceci implique dans l'immédiat l'abandon du projet de métro lourd ligne 18 et du projet d'accueil de l'Exposition Universelle.

Compte-tenu des décisions imminentes qui se préparent  concernant la ligne 18 du Grand Paris Express, il a été envoyé en copie au Premier Ministre.

http://s396981838.onlinehome.fr/Appel_Scientifiques_Defense_du_plateau_de_Saclay.pdf


Cet appel a été lancé par des scientifiques des établissements de Paris-Saclay. Il peut être largement diffusé. Si vous souhaitez vous y associer, écrivez à l'adresse contact :



en précisant votre nom, statut ou fonction, et votre établissement de rattachement.


Information collectif Moulon2020

mercredi 10 janvier 2018

Ligne 18 : signez la pétition ! ou plutôt NON!!!


De: "Sylvie Retailleau" <presidence@u-psud.fr>
Envoyé: Mardi 9 Janvier 2018 19:00:04
Objet: [Annonce] : Ligne 18 : signez la pétition !

Message à l'attention des personnels et des étudiants de l'Université Paris-Sud
Chères et Chers collègues,
Chères étudiantes et Chers étudiants,

Par votre engagement et votre travail depuis bientôt dix ans, vous avez contribué à créer un grand ensemble universitaire de recherche et d’innovation, projet ambitieux pour la formation et la recherche françaises et motivant pour le tissu économique et social du sud de l’Ile-de-France.

Aujourd’hui, nous apprenons que l’arrivée de la Ligne 18 du Grand Paris Express sur le Plateau de Saclay en 2024 serait remise en cause par le Gouvernement. Nous rappelons que cette condition était un préalable majeur au déménagement des écoles, des facultés et des industriels et à la construction de nouveaux logements indispensables pour nos étudiants et nos personnels.

Dans la continuité des gouvernements précédents, le Président de la République, Emmanuel Macron a affirmé le 25 octobre 2017 : «le plateau de Saclay, cœur battant de la science française(...) doit devenir un campus métropolitain » et « aucune décision ne viendra réduire l’ambition portée de rayonnement international ».

Nous réaffirmons que l’arrivée de la Ligne 18 en 2024 sur le territoire de Saclay et au-delà dans les Yvelines est une nécessité absolue. Pour reprendre les termes mêmes du Président de la République : « Il y va de la réussite du projet et de la confiance de nos partenaires dans la capacité de notre pays à tenir ses engagements. »

Les Présidents, Directeurs, et Directeurs Généraux des établissements concernés par Saclay - ont déjà tiré la sonnette d’alarme plusieurs fois ces derniers mois auprès des services de l’Etat et du Président Emmanuel Macron lui-même en expliquant les enjeux de l’accessibilité du territoire de Paris-Saclay  pour nous  permettre d’inscrire notre écosystème comme l’un des points névralgiques majeurs de la science et de l’innovation européens. Nos élus locaux  ainsi que les dirigeants des grandes et moyennes entreprises installées dans le cluster ou se préparant à le rejoindre se sont également exprimés très clairement dans ce sens et se mobilisent en ce moment même.
Très récemment encore, des tribunes et des courriers ont été diffusés au plus haut niveau de l’Etat.

Il semble néanmoins que le message ne soit pas compris et que le risque soit avéré que le gouvernement actuel ne respecte pas l’engagement d’une ligne de Métro en 2024 pour relier le plateau au centre de Paris puis au cluster de Versailles.

Notre mobilisation à tous est nécessaire pour que les efforts et la patience qui nous sont demandés à tous depuis des années ne soient pas vains. Pour cela nous vous demandons de signer d'urgence la pétition en ligne :

Sylvie Retailleau, Présidente de l'Université Paris-Sud


Tous les étudiants, employés et autres personnels de l'Université Paris-Sud ont pu découvrir ce mail, ce matin dans leur boite de réception


L'émetteur? Rien de moins que Sylvie Retailleau, qui sollicite, en utilisant sa qualité de Présidente de l'université Paris-Sud, chacun des ses "subordonnées" pour lui demander d'adopter sa position. 


N'y aurait-il pas dans ce mail, quelque chose comme un "abus d'autorité", un abus de pouvoir, un "délit d'initié", un chantage à l'emploi? Dans quelle mesure une présidente d'université aurait-elle le droit de s'adresser à "ses oies" en utilisant sa position de dirigeante pour inciter ses subordonnés - étudiants, employés de la fonction publique et pas - à signer une pétition qui va, vous le constaterez, jusqu'à faire apparaître les noms de ses signataires en CLAIR.
  • Que risque un employé qui ne signe pas? 
  • Que risque un étudiant qui ne signe pas? 
  • Que risque-t-il s'il oublie de mentionner son identité en aveu de soumission? c'est peut-être un peu fort "soumission". Utilisons plutôt allégeance.
Le directeur du CEA avait aussi réalisé ce même genre de pratique lors de l'enquête publique de 2017.

Il y a de quoi s'interroger, lorsque des dirigeant, qui plus est d'organismes publiques censé montrer l'exemple, utilisent leur qualité et leur fonction pour solliciter l'adhésion à leur avis et prendre une position politique... Dans le privé, c'est déjà interdit...

Organiser une pétition, pourquoi pas! Chacun est libre de le faire. Mais utiliser un vecteur de communication professionnel et abuser de sa position de dirigeant pour transmettre des consignes "de vote", ce n'est certainement pas permis!


A ce soir, près de 10000 signatures ont ainsi été recueillies sous la contrainte. Mais le nombre est-il réellement significatif dans ce contexte de manipulation?

Tout juste peut-on faire quelques statistiques: l'université PARIS-SUD, c'est 45400 personnes suivant la source officielle de son site internet
  • 31400 ETUDIANTS
  • 4300 ENSEIGNANTS CHERCHEUR
  • 2700 EN THESE
  • 7000 PERSONNEL ET EXTERIEURS
Sur ces 45400 personnes - auxquelles s'ajoutent les amis satellites non dénombrables - , ce sont au minimum plus de 75% qui sont contre ou ne se sont pas exprimés. 

Il n'y aura au final rien à tirer de sérieux cette opération: qu'importe les conclusions de cette pétition "trafiquée en plébiscite organisé" (à moins que ce soit l'inverse).

Et que dire des commentaires contre la pétition, qui sont déposés sur le site de la pétition, et qui sont effacés dans les minutes qui suivent?...


C'est encore pire... Quelle mascarade!


mercredi 29 novembre 2017

COURRIER AU PREMIER MINISTRE - LES 4 MAIRES REAGISSENT ET DEMANDENT A ETRE RECUS

Les maires des 4 communes qui ont attaqué la Déclaration d'Utilité Publique de la ligne 18 ont décidé de réagir à la propagande d'élus extérieurs au plateau de Saclay. Ces élus persistent à vouloir imposer un transport lourd sur le plateau de Saclay, sans avoir réellement étudié la question de son utilité réelle..., au point d'adresser aux pouvoirs publics des chantages aux logements, à l'emploi, aux conditions de vie,... au cas où le métro ne viendrait pas... Une fuite en avant, avec l'exposition universelle de 2025 en ligne de mire, que les habitants ne voient pas venir... un autre désastre à ajouter au métro aérien?

Et oui, tout est bon, quand on ne vit pas sur le plateau de Saclay, pour revendiquer l'utilité et la nécessité de son sacrifice et de celui de ses habitants. De quoi donner la nausée...


... place au courrier


Envoyé lundi 27 novembre et reçu par le cabinet du Premier Ministre le mardi 28 novembre (AR).

Retranscription intégrale de l'original PDF



Monsieur Le Premier ministre
Edouard PHILIPPE
Hôtel Matignon
57 rue de Varenne
75700 Paris SP 07

N. Réf. PG/ML/17/
Objet : actualité des enjeux concernant la desserte du plateau de Saclay
A l'attention de : Damien Cazé, Diane Simiu et Jimmy Brun

Monsieur le Premier ministre,

Au moment où vous vous apprêtez à arrêter une position de portée générale concernant la ligne 18 du Grand Paris Express, il nous semble légitime de demander à être reçus : nous souhaitons vous rendre compte des avancées des travaux et des réflexions qui nous animent depuis l'introduction des deux recours en Conseil d'Etat, élaborés en bonne intelligence entre nos mairies et les associations du plateau de Saclay depuis le printemps 2017.

Nous avons, en effet, joué le jeu de l'approfondissement du thème au point d'organiser, dans le cadre des Assises de la mobilité, un débat organisé le 18 novembre dernier à Centrale Supélec. Pendant plus de 6 heures, (programme et présentation en ligne sur « assises-mobi-saclay »), des experts ont confronté leurs analyses aux dirigeants d'organismes spécialisés, notamment du STIF et de la SGP en présence d'un large public et avec la participation active de trois députés des circonscriptions limitrophes (Amélie de Montchalin, Jean Noël Barrot et Cédric Villani).

Cet effort mutuel d'ouverture et de sens critique contraste singulièrement avec les campagnes devenues quotidiennes de quelques élus, généralement extérieurs au plateau de Saclay qui répètent inlassablement la doxa soutenue depuis dix ans visant à imposer un transport lourd au beau milieu des terres agricoles ; et ce sans avoir jamais pris la peine d'étudier sérieusement les caractéristiques de ce territoire ni les possibilités de desserte plus rationnelles, moins onéreuses et plus conformes aux enjeux de notre époque. Cette propagande est aussi insoucieuse des analyses des instances les plus compétentes (Autorité environnementale, Cour des Comptes, Commissariat Général à l'Investissement) que des avis motivés des populations du plateau.

Désormais, dans un mouvement qui peut sembler inspiré par la panique, cette propagande s'accompagne d'un chantage à l'emploi, au logement, aux conditions de vie qui est particulièrement malvenu : nous ne pensons pas que le problème se poserait de façon aussi dramatique si l'ensemble des relations entre le plateau et les vallées avait été abordé selon les approches interactives et empiriques que nous préconisons et ce dans un cadre démocratique authentique au lieu de combiner des procédés en « trompe-l'oeil » qui tentent de corriger des erreurs initiales d'appréciation en des fautes aux conséquences encore plus irréversibles.

A cet égard, la fuite en avant manifeste que représente le dossier de candidature de l'exposition universelle - en ce lieu précis et à l'échéance présentée - va encore obscurcir un dossier déjà particulièrement complexe. Attend-on que la situation devienne infernale aux yeux d'une population qui n'est pas encore, faute d'information, consciente des conséquences d'une telle initiative ? A nos yeux, les choses sont claires : cela préfigure l'urbanisation complète du plateau de Saclay, mais - ironie du sort- il s'agit de « mieux protéger la planète »...

En espérant avoir l'occasion de développer devant vous toutes nos analyses et nos propositions, nous vous prions de croire, Monsieur le Premier ministre en l'assurance de notre haute considération.


Copie à :
- Amélie de Montchalin, Marie-Pierre Rixain, Cédric Villani, Jean-Noël Barrot.
- Michèle Papalardo (Cabinet de M. Nicolas Hulot).
- Marc Papinutti, Julien Dehornoy (cabinet De Mme Elizabeth Borne)

mardi 28 novembre 2017

COMMUNIQUE DE PRESSE : MOBILITÉ PARIS-SACLAY

Diffusion le 27 novembre 2017

Retranscription intégrale de l'original PDF

À la suite de la réunion du 26 octobre sur transports et aménagement du Plateau de Saclay à Palaiseau,
À la suite du colloque du 18 novembre dernier sur la mobilité autour du Plateau de Saclay à Centrale-Supelec,
À la suite de la manifestation d'élus locaux le 23 novembre dernier,
À la suite des interpellations de nos concitoyens,

Nous, Jean-Noel Barrot, Amélie de Montchalin, Marie-Pierre Rixain et Cédric Villani, députés et députées de l'Essonne et des Yvelines concernés directement dans nos circonscriptions respectives par le développement de l'initiative Paris-Saclay et le programme de l'Opération d'intérêt national (OIN) :

REGRETTONS que les institutions en charge du pilotage et du développement local ne soient pas parvenues, jusqu'ici, à organiser le débat public, transparent et constructif, que nous souhaitons promouvoir;

RÉAFFIRMONS avec force :
  • la nécessité de protéger les terres agricoles du plateau de Saclay, en garantissant la pérennité de la Zone de protection naturelle agricole et forestière (ZPNAF);
  • la nécessité de favoriser un développement harmonieux du territoire, maintenant un haut niveau de recherche scientifique, technique et industrielle, préservant l'agriculture, et garantissant l'attractivité du territoire;
  • la nécessité de mettre en œuvre, partout où elle est possible, la synergie entre la population de l’ensemble du territoire, le monde agricole, le monde de l'entreprise et le monde des sciences et technologies, dans tous les projets portés par Paris-Saclay, qu'ils soient à rayonnement local, national ou international;
  • la nécessité d'une concertation respectueuse, basée sur le respect des institutions démocratiques, la tenue d’un dialogue exigeant et des échanges libres, sans verser dans les anathèmes, menaces ou intimidations.
Concernant les transports, le débat public local s'est concentré, ces derniers mois, sur la Ligne 18, au risque de faire oublier le reste. Nous sommes convaincus de la nécessité d'une politique de transport multimodal, intégrant diverses solutions technologiques. Cela exige des moyens dédiés, des études indépendantes, et la mise en œuvre simultanée de différentes actions.

Le colloque du 18 novembre a permis à de nombreux acteurs de s'exprimer en ce sens, et à des dialogues de se nouer. L'analyse et l'exploration de leurs contributions sont toujours en cours. Dans l'attente d'approfondissements à venir, nous sommes convaincus que la politique de transport du territoire nécessite :
  • La nécessité d'un axe E-O se déclinant en particulier par :
  • une ligne de métro reliant Orly à Versailles desservira le plateau dans le cadre du Grand Paris Express. Le caractère aérien de cette ligne sur la partie Palaiseau-Saint-Aubin se justifie pleinement pour limiter la gêne causée aux laboratoires du Plateau par les vibrations; en revanche nous réaffirmons que sur la partie Saint-Aubin-Saint-Quentin cette ligne devrait être enfouie, et son trajet repensé en conséquence, en concertation avec les acteurs locaux, afin de minimiser l'impact sur l'agriculture et le cadre de vie. Le surcoût de cet enfouissement ne représentera pas plus de 1% du coût du projet complet Grand Paris Express, dont il ne faut pas oublier qu'il a été conçu comme un ensemble cohérent. L'ensemble du projet doit être réalisé aussi vite que possible pour éviter que les très grands investissements réalisés dans le développement de Paris Saclay ne soient perdus, pour garantir l'attractivité économique durable du pôle technologique et industriel de Versailles Vélizy St Quentin, et ainsi la cohérence de l'OIN..
  • une modernisation des lignes B et C du RER ; les facteurs limitants ici sont la durée et la complexité de la mise en œuvre technologique. Cette opération aurait dû être lancée il y a une décennie ; sans s'appesantir sur les responsabilités de l'inaction passée, il convient maintenant de donner une impulsion forte à cette modernisation qui doit être considérée comme prioritaire.
  • un axe Nord-Sud reliant la zone de Courtaboeuf pouvant se décliner en :
  • un TCSP reliant Courtaboeuf à Vélizy en passant par la RN118 ;
  • des liaisons vallées-plateaux (téléphériques, funiculaires enfouis ou aériens) qui nécessitent instamment des études et des moyens financiers ;
  • des systèmes de transport locaux légers et plus économes en investissement irrigant le territoire. Ces systèmes, conçus pour la mobilité du dernier ou des deux derniers kilomètres, devront être pensés selon diverses modalités (navettes à la demande, velib, autolib, véhicules autonomes). Des études peuvent être faites dès à présent, incluant des comparaisons internationales et des simulations, portant à la fois sur les solutions technologiques, l'organisation et la gouvernance.
Le Plateau de Saclay est un lieu d'une richesse humaine, scientifique, agricole, industrielle et technologique unique en France. Au-delà d'un projet d'aménagement, il s'agit d'un territoire, s'étirant d'Orly aux portes de Versailles, qu'une politique de transport pourrait enfin unifier sans le dénaturer.
Si les transports constituent un ingrédient fondamental de réussite du projet, ce n'est bien sûr pas le seul; nous aurons l'occasion, dans les semaines et les mois à venir, de nous exprimer sur d'autres aspects fondamentaux du développement de ce territoire qui nous tient à cœur.

dimanche 26 novembre 2017

Le projet du Grand Paris vire au gaspi!!!





10 ans après le lancement du chantier, la SGP lance une étude d'impacts pour "Apprécier les effets dans ses aspects économiques, urbains, sociologiques et territoriaux"... Le monde à l'envers!!! Et toutes ces enquêtes publiques, toutes ces déclarations d'utilité publiques, c'était pour faire quoi? Faire valider des décisions arbitraires déjà prises à l'avance?

Des élus d’Ile-de-France - MAIS PAS TOUS et surtout pas sur le plateau de Saclay qui attaque la DUP de ligne 18 devant le conseil d'état !!! - , de LR au Parti communiste, ne veulent pas entendre parler de report ou de reconfiguration de lignes alors que leurs administrés financent ces travaux avec leurs impôts! Le savent-ils seulement?
  • Les mégalos! Ce que nous dénonçons depuis si longtemps pour le plateau de Saclay semble finalement être une généralité.
    Retour sur l'enquête publique de la ligne 18 en mars 2016.
  • Les négligents! La SGP a eu carte blanche, les pouvoirs publics l'ont laissé faire, sans aucune surveillance! A chaque rencontre avec la SGP, nous l'avons tous constaté! Nos demandes de rencontrer les décideurs sont toute restées "lettres blanches"... ou des renvois à la SGP! redécouvrez l'excellente réponse de Ségolène ROYAL en 2016.
  • Les dissimulateurs! Un budget qui passe de 22 à 35 Milliards d'euros, sans que Philippe YVIN, le directeur de la SGP, ne s'en offusque!
    "Avant que la Cour des comptes n’ait commencé à y mettre son nez au printemps 2017, c’était open bar" Pas pour les champs et les communes du plateau malheureusement.
  • Les profiteurs!... l'histoire du métro aérien sur le plateau de Saclayou encore...
  • Les pousses au crime! l'article ne mentionne pas le contexte de la ligne 18, toutes ces élus politiciens bien placés qui ont échangé le passage en tunnel sur le plateau de Saclay contre la création de leur(s) gare(s) qui n'étaient pas prévues dans le schéma initial! GIF, PALAISEAU, MASSY,... Ils se reconnaîtrons.
  • Les planquées! Valérie Pécresse (qui oublie si vite ses engagements environnementaux) et Anne Hidalgo!

De quoi se rendre compte que les champs et les communes rurales pèsent bien peu sur l'échiquier politique où les arrangements vont ... bon train...

jeudi 9 novembre 2017

Soyez nombreux pour les assises de la mobilité! le 18 novembre de 14H00 à 19H00


Les maires des communes de Magny-les-Hameaux, Saclay, Châteaufort et Villiers-le-Bâcle vous invitent aux assises de la mobilité du Plateau de Saclay et des Vallées voisines. 

Y seront abordés les sujets liés aux circulations, transports et déplacements. 

La ligne 18 fera parti des débats, tout comme le RER B et les modes de déplacements nouveaux et alternatifs.

Rencontre en présence des députés : Amélie de Montchalin, Cédric Villani et Jean-Noël Barrot.


Samedi 18 novembre
De 14 heures à 19 heures

Ecole Centrale Supélec
Amphithéâtre "Janet"
Bâtiment Breguet
3 Rue Joliot Curie
Gif-sur-Yvette



mardi 7 novembre 2017

La solidarité selon Alexandra ROSETTI, Maire de VOISIN LE BRETONNEUX

Par l'intermédiaire de son Maire Alexandra ROSETTI, la commune de Voisin le Bretonneux a lancé une pétition depuis son site internet




Tous les prétextes avancés sont faux! Ça a été dit et redit.

Mais ça date déjà. 12 octobre 2017. Mais là n'est pas le sujet d'aujourd'hui.

Faut-il rappeler que TOUS LES ELUS du 78 et de l'agglomération de Saint-Quentin en Yvelines sur le trajet de la ligne 18 NE SOUTIENNENT PAS la ligne 18.

Demandez à Bertrand HOUILLON le Maire de Magny lès Hameaux (membre de la CASQY) et à son camarade Patrice PANNETIER Maire de Chateaufort, commune limitrophe; demandez leur ce qu'ils en pensent de ce viaduc ferroviaire devant leurs communes. Oui, ils n'ont reçu aucun appui solidaire des autres élus du 78 et de SQY pour préserver leur territoire et ses habitants. Ce n'est pas faute de les avoir sollicité, disent-ils!

Solidarité? La Maire de Voisin le Bretonneux devrait apprendre de ses administrés ce que veut dire solidarité. Il n'est pas si loin le temps de l'enquête publique de la ligne 18 où les villages du plateau de Saclay et le collectif de la Bretonnière se sont rejoints pour manifester leur refus du projet de la SGP, qui là menaçait de passer sous le quartier de la Bretonnière et de déstabiliser les fondation des maisons.

Novembre 2015

Une solidarité qui s'est manifesté entre indignés devant la violence des impositions de la toute omnipotente SGP.

Finalement, la SGP a fléchi et revu son projet, variant le tracé pour éviter le quartier de la Bretonnière; comme la SGP avait déjà précédemment revu son projet sur le territoire de GUYANCOURT pour le passer en enterré au lieu d'aérien!

Pour l'espace naturel du plateau, ce sera bien plus dur de revendiquer, nous le découvrirons amèrement lors de l'enquête publique: les champs ne votent pas; les quelques habitants comptent peu. Et pourtant, la nature s'offre à tous, sa sauvegarde s'impose: c'est un bien commun qu'il faut protéger.
Mais finalement le plateau sera laissé à son sort, promis par la SGP et une commission d'enquête bien partisane. 

Alors, Madame ROSETTI, votre pétition et votre indignation, c'est faire bien peu preuve de solidarité que de réclamer un projet qui condamnera implacablement vos voisins, et l'espace naturel du plateau de Saclay! Et vous le savez parfaitement! 

Personne ne souhaite découvrir un métro aérien bruyant perché sur un viaduc à 10 m de haut devant ses fenêtres, ses maisons! L'auriez-vous accepté pour vos propres élus? êtes-vous satisfaites de vouloir l'imposer à vos voisins? 
Guyancourt n'en a pas voulu non plus! même sur une portion de tracé pourtant absente de toute habitation!
En politique, la bienveillance semble malheureusement devoir s'arrêter aux limites de son électorat. Encore et toujours. 
Et pourtant, une bonne partie de vos administrés doit aussi jouir de cet espace naturel préservé pour leurs loisirs et leur bien-être.
Une autre pétition?