dimanche 2 juillet 2017

Le rassemblement du mardi 4 juillet est annulé!

Le rassemblement du 4 juillet a été annulé.

Suite à la volonté manifestée d'opposants de venir y participer? Le rassemblement avait en effet fait l'objet d'une demande d'autorisation auprès de la préfecture.

Voilà ce que le collectif Moulon2020 a reçu de la part de l'EPAPS :

Report de date de l'inauguration du Radar de l'aviation civile de Paris-Saclay / Palaiseau
Chère Madame, cher Monsieur, 
Nous vous avions invité à l'inauguration du Radar de l'aviation civile de Paris-Saclay / Palaiseau.
Pour des raisons indépendantes de notre volonté, dues notamment à des contraintes d'agenda, nous sommes au regret de devoir reporter cette manifestation.
Nous vous proposerons une nouvelle date en septembre afin d'honorer cet ouvrage d'art remarquable qui allie, à la sécurité du transport, une grande qualité architecturale et technique.
Nous vous remercions de votre compréhension.
Sincèrement vôtre,
 
Maurice Georges, Directeur des services de la navigation aérienne
Philippe Van de Maele, Directeur général de l’Établissement public d'aménagement Paris-Saclay

le Mardi 4 juillet à midi, le collectif Urgence-Saclay appelle à un rassemblement pour la défense des terres agricoles du plateau de Saclay

Le collectif Urgence Saclay lance un appel

A l'occasion de l'inauguration du nouveau radar civil à Polytechnique, qui réunira des élus (région, département, agglo), des personnalités et des journalistes sur le campus de Polytechnique, Boulevard des Maréchaux, le Mardi 4 juillet à midi,le collectif Urgence-Saclay appelle à un rassemblement pour la défense des terres agricoles du plateau de Saclay.

Il s'agit notamment, dans l'attente de la décision du jury le 12 juillet, de manifester vigoureusement notre refus de l'Exposition Universelle sur le plateau. Le soutien ou le rejet des populations sera un paramètre décisif dans le choix du site.

Accentuons la pression afin que ce projet néfaste (entre 50 et 110 ha de terres agricoles de grande qualité agronomique promises au bétonnage) et facteur d'accélération d'autres projets inutiles et ruineux (comme la ligne 18 du Grand Paris Express) soit abandonné.


Le collectif vous donne rendez-vous
Mardi 4 juillet à 11h45 

devant l'entrée principale de l'Ecole Polytechnique.


Banderoles, sono et tractages sont prévus. Amenez tout matériel permettant d'être vu et/ou entendu.

dimanche 25 juin 2017

4 communes et les associations de défense du Plateau de Saclay se groupent pour attaquer la DUP de la ligne 18 du Grand-Paris.


La ligne 18 déclarée d'Utilité Publique par l'Etat fin mars 2017

C'est sans surprise que la Ligne 18 du Grand Paris Express a été déclarée d’utilité publique le 28 mars 2017 par décret.


Après un rapport d'enquête publique dans lequel la commission d'enquête adoube sans retenue le projet de la SGP pourtant décrié par tant d'autorités compétentes (!), on ne pouvait s'attendre à moins de cette interminable machination qui a démarré il y a déjà 7 ans.

Ce qu'annonçait TransportParis
"Le 30 mars dernier a été signée par l'Etat la Déclaration d'Utilité Publique de la ligne 18 du Grand Paris Express entre l'aéroport d'Orly et la gare de Versailles Chantiers, parachevant le processus de validation de l'intégralité du réseau de métro automatique porté par la Société du Grand Paris.
D'une longueur de 35 km dont 14 en viaduc, la ligne 18 comprendra 10 stations dont 3 aériennes sur le plateau de Saclay. Son coût est évalué à 2,7 MM€ pour une fréquentation journalière estimée à 100 000 voyageurs par jour. Un coût élevé pour un trafic limité : 77 M€ du kilomètre pour un trafic de tramway, de quoi une nouvelle fois reposer des questions maintes fois évoquées mais à chaque fois verrouillées par une justification législative. On pourrait en faire, des choses utiles en Ile de France, avec 2,7 MM€"

4 communes et les associations de défense du plateau de Saclay attaquent la DUP

Les communes de SACLAY, VILLIERS LE BACLE, CHATEAUFORT et MAGNY LES HAMEAUX se sont réunies avec les ASSOCIATIONS et COLLECTIFS de tous bords qui s'élèvent contre cette ligne 18 pour déposer un recours en excès de pouvoir devant le conseil d'état.

Le contenu de ce recours de plus de 100 pages a été travaillé pendant plus de 6 mois, construit et déposé avec l'aide du cabinet HUGLO LEPAGE le 26 mai 2017. Il demande l'annulation de la Déclaration d'Utilité Publique de la ligne 18.

L'argumentaire s'articule en 5 thèmes:

  1. Mode de transport inadapté
  2. Atteintes à l'environnement
  3. Atteintes aux activités agricoles
  4. Atteintes à la démocratie
  5. La commission de non-enquête

Il faudra attendre de nombreux mois (12 ou plus) avant que le conseil d'état ne rende son verdict. D'ici là, la SGP peut continuer à s'occuper de son affaire sans que rien ne puisse l'arrêter...

Et le calendrier s'accélère...

La mise en service de la partie Saclay - Versailles n'est plus prévue pour 2030 mais pour le premier trimestre 2024 afin de pouvoir être disponible pour les Jeux Olympiques 2024 et l'exposition universelle de 2025 qui sont tant espérés par l'état, et qui devraient participer à bétonner encore plus et plus rapidement encore le plateau de Saclay.
Les travaux de réalisation de l'intégralité du Viaduc de Palaiseau à Magny les Hameaux devraient donc démarrer au premier trimestre 2019 selon un planning fourni par la SGP ce mois ci.

Décision du village global de France de l'exposition Universelle le 12 juillet 2017!
Décision du pays d'accueil en novembre 2018

Jeux olympiques d'été 2024
Vote du comité olympique le 13 septembre 2017


La fin d'année 2017 s'annonce cruciale
pour l'avenir du plateau de Saclay

C'est l'occasion pour chacun de manifester son soutien à nos élus locaux
 qui soutiennent leurs populations et refusent la condamnation
de l'environnement exceptionnel du plateau de Saclay.

samedi 25 février 2017

Au parlement - Questions orales sans débat- Future ligne 18 entre saclay et saint-quentin-en-yvelines


Un site à découvrir: l'observatoire citoyen de l'activité parlementaire. citoyen?

Intéressons-nous à la séance en hémicycle du 14 février 2017 à 9h30

Quand la secrétaire d’État chargée de la biodiversité - Barbara Pompili - répond à la député des Ulis - Maud Olivier - 




Maud Olivier
(...) 
Le projet de la société du Grand Paris, la SGP, prévoit en effet de faire passer la ligne sur un viaduc haut de neuf mètres entre Saclay et Saint-Quentin en Yvelines, sans tenir compte ni de la proximité du viaduc avec les habitations, à Villiers-le-Bâcle en particulier, ni du fait qu’il viendrait amputer les terres agricoles sur lesquelles il serait édifié. Un collectif d’associations et de citoyens de plusieurs communes s’est créé sous le nom d’« Enterrez le métro », dont les revendications très argumentées ne peuvent être ignorées. L’enfouissement de la ligne sur une portion de quatre kilomètres, demandée depuis plusieurs années par les habitants et plusieurs élus du territoire, n’a pas été retenu par la SGP, qui objecte un surcoût de 240 millions d’euros. Or, si cette somme peut paraître élevée, elle ne représente que 8 % du coût des 3 milliards d’euros de la ligne 18.

Au-delà de la gêne visuelle et de la pollution sonore, un métro passant toutes les trois minutes, perché à plus de neuf mètres de haut, remet en cause le fort parti pris de protection de l’environnement de ce territoire, pourtant entériné par la création de la ZPNAF. La réserve ornithologique de l’Étang-Vieux de Saclay subirait, elle aussi, un fort impact de ce viaduc. L’environnement naturel du plateau de Saclay est l’un des principaux atouts de Paris-Saclay, et les grandes étendues agricoles du plateau, comme les étangs, les rivières, les rigoles et les espaces boisés, constituent autant d’écosystèmes qui abritent une faune et une flore remarquables. Par ailleurs, l’étude d’impact environnementale a été remise en cause par l’Autorité environnementale, car elle ne se situait pas au niveau de précision habituelle des dossiers d’enquête publique préalable à une déclaration d’utilité publique – DUP.

Aussi, je vous demande, madame la secrétaire d’État, comment comptez-vous faire pour prendre en compte les critiques de l’Autorité environnementale et les attentes des associations, tout en satisfaisant les besoins en transports en commun et le respect de l’environnement, le tout dans les délais que l’aménagement du plateau de Saclay nous impose ?

Barbara Pompili

(...)

Certaines habitations, notamment à Villiers-le-Bâcle, seront relativement proches du tracé. C’est un point auquel la SGP se doit d’être attentive, car elle s’est engagée à définir précisément les mesures destinées à contenir tout impact sonore ou vibratoire sur ces logements, puis à vérifier leur efficacité.

En amont de l’enquête publique, l’étude d’impact a recensé les points sensibles du tracé, et la SGP devra définir plus précisément, dans le cadre des études d’avant-projet en cours, les modalités de réalisation du projet et les mesures destinées à éviter, réduire ou compenser les impacts environnementaux du projet ; comme vous le savez, cette obligation a été précisée et renforcée dans la loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, que j’ai portée. Il importe notamment que la zone de protection naturelle, agricole et forestière soit respectée, comme la SGP s’est engagée à le faire. 

De même, sous le contrôle des services de l’État, les mesures qui seront prises pour limiter les impacts sur les milieux naturels devront préserver les continuités écologiques régionales et locales, notamment pour l’observatoire ornithologique.

Ce n'est qu'un extrait, retrouvez l'Echange complet

Oui, vous avez bien lu: ce projet de ligne 18 aérienne se conformera à la loi de reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, que la secrétaire d'état écologiste a elle-même portée.

C'est à se poser des questions sur la signification des mots 
"BIODIVERSITE", "NATURE" et "PAYSAGE".

Quand vous aurez lu cette loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, vous en aurez une autre compréhension et partagerez sans nul doute la dimension écologiste de l'engagement politique de Barbara POMPILI. :-)🚽

Une autre question citoyenne?

mardi 13 décembre 2016

Le plateau de Saclay, dans moins de 8 ans avec "un peu de chance" si la France organise les JO!

Les dernières vues de la SGP récemment récupérées.

Une vue qui évite toujours de montrer qu'il existe des habitations à moins de 100m! La démesure du montage de notre graphique (en tête du site internet) n'a finalement rien à envier à l'arrogance des promoteurs. La moissonneuse-batteuse est bien dans le champs. Bien vu.


Des piles énormes, invitations aux tags. La SGP organisera-t-elle des concours de graphistes? Peut-être!

Encore une fois, les tagueurs vont s'en donner à cœur joie! Rien qu'à voir le chateau d'eau de Saclay, le pont du récent TCSP à l'échangeur de Corbeville, les murs de la N118 à Orsay! Malgré ce que peuvent dire les organismes publics, ils n'entretiennent rien, ce n'est pas la SGP qui va commencer! Une ZPNAF projetée dans la banlieue urbaine!

Au fait, il y avait ça dans la boîte aux lettres hier. Magnifique! Cohérence politique? Comment les mêmes qui soutiennent ce projet destructeur de la ruralité peuvent-il proclamer ça? 

Et vous savez quoi?

La Société du Grand Paris souhaite entamer des démarches auprès des acteurs locaux - collectivités, habitants, exploitants,..- pour les faire participer à la détermination des aménagements le long de son "beau viaduc". Un sparadrap sur une jambe de bois?

Nul doute qu'elle trouvera de l'appui auprès de toute cette Nomenklatura fraîchement promue à l'Etablissement Public d'Aménagement du Plateau de Saclay et à la Communauté d'Agglomérations Paris-Saclay qui heureusement n'a plus besoin depuis longtemps de l'avis de ses représentés pour prendre des décisions!

En attendant, il ne reste plus qu'une étape: la Déclaration d'Utilité Publique. Le conseil d'état prendra sa décision au plus tard en Avril 2017. Il devrait sans surprise valider ce projet dévastateur qui n'a souffert aucune critique ou remise en cause depuis 5 ans, malgré la mobilisation citoyenne: une véritable machination.

A moins que?


mercredi 20 juillet 2016

Le rapport de la commission d'enquête est arrivé...


... et il est bien méprisant à l'égard des préoccupations des populations et de leurs représentants qui se sont très largement élevés contre le métro aérien.

La commission d’enquête a donc considéré que la traversée du plateau de Saclay par un viaduc, même si elle a fait l’objet de nombreuses critiques, devrait s’avérer acceptable par la population concernée, à condition que soient effectivement étudiées et mises en œuvre les mesures adaptées concernant le bruit du passage des rames, l’esthétique du viaduc et son intégration paysagère, ainsi que les gênes identifiées pour les exploitants agricoles.

Comment peut être considéré comme "acceptable" un élément massivement "critiqué" ?




mardi 3 mai 2016

Ligne 18 du supermétro : le conseil régional suit l’avis des riverains - Le Parisien Versailles


le conseil régional a exprimé son avis lors de l'enquête publique pour la ligne 18.

Une 3787ème contribution réalisée le dernier jour de l'enquête publique et qui n'a pas échappé non plus au Parisien de Versailles qui a repris la chose dans son article:


morceaux choisis:
On appelle cela un « carton plein ». Alors que l’enquête publique, qui a duré un mois, sur la future ligne 18 du métro s’est achevée la semaine dernière, le conseil régional d’Ile-de-France, emmené par Valérie Pécresse (LR) a rendu son avis sur la question.
Et le moins qu’on puisse dire, est que cet avis est rempli de similitudes avec celui des riverains et élus concernés par cette ligne qui doit relier Orly (Val-de-Marne) à Versailles d’ici 2030.
...
Le conseil régional est « pour un enfouissement du tronçon CEA – Saint-Aubin/Saint-Quentin » et demande à la SGP de « faire des propositions alternatives sur le tracé provoquant le déplacement du centre protestant de Versailles Chantier et la fragilisation du quartier de la Bretonnière à Voisins-le-Bretonneux »
... 
En clair, la région suit les avis de plusieurs collectifs. D’abord celui d’« Enterrez le métro », qui se bat afin que le viaduc de 13 km de haut devant surplomber le plateau de Saclay, Châteaufort et Magny-les-Hameaux devienne un souterrain.

Une position donc confirmée et renouvelée par Valérie PECRESSE qui manifestait avec nous le 12 mai 2012 pour préserver le plateau de Saclay.


Nous n'avons pas pu résister à laisser une remarque sur l'article du Parisien
Nous nous réjouissons de l'écoute enfin accordée aux riverains par une instance publique majeure, que ces riverains soient de Voisins le Bretonneux, de Versailles, ou des communes rurales situées sur le plateau de Saclay. Il vient à point soutenir des élus locaux et des habitants qui luttent et sont méprisés depuis plus de 5 ans pour certains par la Société du Grand Paris, approuvée tacitement dans ses actions par les organismes publics d'aménagement du Cluster PARIS-SACLAY que sont l'EPAPS et la CPS.Que penser d'ailleurs de l'avis favorable accordé au projet de ligne 18 aérienne par le Conseil Départemental de l'ESSONNE qui justifie sa position par l'urgence, tout en omettant de reconnaître qu'il condamne par là même des habitants qu'il est aussi censé représenter?
Le Collectif Enterrez Le Métro

mercredi 27 avril 2016

Enquête publique ligne 18 - C'est fini!



Avis postés avant la fermeture le 26 avril 2016


Soit encore bien au dessus des 3500 évoqués lundi par ESSONNE-INFO dans son article:
Métro du Grand Paris : que restera-t-il de l’enquête publique?
"Le débat public sur le projet de ligne 18 du métro du Grand Paris se termine ce mardi. D’Orly à Saclay, de Massy à Saint-Quentin, les habitants se sont emparés du sujet, avec 3 500 avis postés sur le site, des centaines de participants aux réunions et des dizaines lors des permanences. Cette mobilisation fera-t-elle évoluer le projet?"

Comme pour les enquêtes publiques précédentes du grand-paris, le site http://www.enquetepubliqueligne18.fr/ ne délivre plus aucune information sur les avis déposés, et c'est bien dommage. Pourquoi ne pas y laisser accès, puisque tout était accessible? Les responsables doivent avoir leur raisons, que la Raison ignore.

Prochaine étapes

  • Juillet 2016 - À l’issue de cette enquête, M. CHAULET, président de la commission d’enquête, va établir son rapport sur le déroulement de l'enquête et formulera ses conclusions motivées. Il a annoncé en réunion publique à GIF et GUYANCOURT que son rapport sera disponible avant le 14 juillet 2016.
  • Début 2017 (1 an après début enquête, estimation par rapport aux autres enquêtes publiques) - Un décret en Conseil d’État déclarera ensuite l’utilité publique du projet. Ce sera la DUP, Déclaration d’Utilité Publique. 

Pour mémoire




On terminera la revue avec l'Avis 3847 de la CLI - Commission Locale d'Information des installations nucléaires du plateau de Saclay (CLI de Saclay) 

Un coup de gueule sur la fête du slip organisée par la SGP autour du CEA?
Retranscrit ici:

Monsieur le Commissaire Enquêteur,

Dans le cadre de l'enquête publique relative au projet du tronçon de la ligne 18 « Aéroport d'Orly — Versailles Chantiers » du réseau de transport public du Grand Paris, je vous adresse la contribution de la Commission Locale d'Information des installations nucléaires du Plateau de Saclay (CLI de Saclay).

La présence de 9 installations nucléaires de base (INB), exploitées par le CEA de Saclay et la société CIS Bio International, est à l'origine de nombreuses préoccupations concernant l'aménagement du Plateau de Saclay. Cette zone est concernée par des restrictions d'aménagement. L'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) a en charge le contrôle et la sureté de ces INB, en s'assurant notamment que les risques de ces installations sont maitrisés par les exploitants et restent compatibles avec leur environnement.

En ce qui concerne l'enquête publique en cours sur le projet de ligne 18, la CLI n'est pas en mesure de rendre un avis mais elle souhaite alerter votre commission d'enquête sur plusieurs aspects du dossier préoccupant ses membres :

  • La problématique de la future gare « CEA — Saint Aubin » par rapport à la zone de danger
    Le « porté à connaissance » de 2011 fait état d'une zone de danger de 1 km centrée sur le réacteur OSIRIS. Ce périmètre englobe actuellement le Christ de Saclay, concerné par le projet d'implantation d'un pôle d'échange multimodal de la ligne 18. Cette zone de danger fait l'objet de recommandations d'urbanisme interdisant l'implantation d'Etablissements Recevant du Public (ERP) de catégorie 5. Ainsi, la gare « CEA — Saint Aubin » est interdite en l'état et a été exclue du projet soumis à enquête publique.
    Néanmoins, afin de permettre la réalisation de cette gare, le projet prévoit des mesures conservatoires (emprises foncières, méthodes constructives envisagées pour le viaduc, équipements systèmes nécessaire à l'exploitation de la gare...).
    En l'état actuel de l'avancement des dossiers de sûreté (fermeture du réacteur OSIRIS du CEA et nouvelles études d'accidents de Cis Bio International), la CLI s'interroge sur l'opportunité de ces mesures conservatoires tant qu'une nouvelle zone de danger n'est pas définie et arrêtée par le Préfet de l'Essonne, sur la base des éléments techniques fournis par l'ASN.
    Par ailleurs, la CLI attire l'attention sur le fait que cette gare sera identifiée à terme comme une zone d'attraction multimodale (parking, commerces...) et qu'il serait nécessaire d'envisager, en parallèle des mesures conservatoires, un examen approfondi en terme de gestion des risques intégrant la concentration de ces nouveaux équipements.
  • La non prise en compte des risques d'agressions du métro sur les installations du CEA
    Dans le dossier d'enquête publique, il n'est pas fait état du risque d'agression, c'est-à-dire d'accident, du métro sur les équipements du CEA, à savoir principalement l'INB50 et la chaufferie / poste de détente de gaz, au Nord du CEA. En cas de scénario catastrophe (avec déraillement du métro et chute simultanée du viaduc), les premières études du CEA montrent que l'on ne peut exclure l'agression de certaines installations par le train.
    Le CEA a indiqué que des choix en matière infrastructures peuvent encore faire l'objet d'optimisation afin de limiter, voire de supprimer, ces risques.
    Dans le dossier d'enquête publique, la CLI s'inquiète de ne pas retrouver d'éléments de mise en garde à ce propos.
  • Les mesures insuffisantes mise en oeuvre relatives au Plan Particulier d'Intervention (PPI)La CLI estime que, même si la zone de danger est restreinte dans le futur et permet l'aménagement de la gare « CEA — Saint Aubin », celle-ci restera dans le périmètre PPI et que l'exploitation de la gare devra prendre en considération des éléments impliquant la sécurité civile (zone de confinement, ventilation spécifique, présence de comprimés d'iode...). A ce même titre, la CLI estime que la gare « Orsay-Gif », bien qu'en limite extérieure du PPI devrait être étudiée dans ce même cadre de sécurité civile.
    Par ailleurs, la CLI s'inquiète du risque lié au transport de matières dangereuses nucléaires et souhaite que cet élément soit pris en compte dans les études de danger réalisées par les exploitants CEA et CIS Bio..
  • L'interrogation sur la compatibilité du projet avec la présence d'une zone non-aedificandiLe dossier d'enquête publique fait référence à une zone « non aedificandi », à savoir une bande de 500 m autour de la limite du CEA/Cis Bio International. Cette zone date de 1947 et a été définie à l'époque, par le comité d'aménagement de la région pàrisienne, alors que les installations du CEA n'existaient pas encore (source : CEA). On la retrouve dans le PLU de Saclay et de Villiers-le-Bâcle. La CLI s'interroge sur les motivations premières de la création de cette zone « non aedificandi » (zone de danger ? zone de sécurité défense ? zone d'aménagement du CEA ?) et sur l'existence et la pertinence actuelle de cette zone. La CLI souhaite savoir en quel sens le projet présenté de ligne 18 est compatible avec la traversée de cette zone, notamment au niveau de la future gare CEA Saint Aubin.

La CLI est consciente que le dossier d'étude d'impact de cette DUP n'a pas pour vocation d'estimer les incidents et les risques liés aux critères d'exploitation de la ligne 18. La CLI restera attentive au suivi des dossiers de sécurité entrepris parallèlement à la conception du projet et qui permettront de définir l'ensemble des protocoles et procédures nécessaires au maintien de la sécurité des usagers et intervenants, en phase d'exploitation.

Par la présente, je vous sollicite également afin que la CLI soit associée à ces futurs travaux.
Je vous prie de croire, Monsieur le Commissaire Enquêteur, à l'assurance de mes salutations distinguées.