jeudi 9 juillet 2020

Enquête publique - On a noté la contribution 129. Seulement la 129. Il reste une semaine.

L'épuisement gagne... C'est vrai. C'est épuisant toutes ces concertations qui ont été suivies de tant d'enquêtes publiques. Pendant 10 ans, la SGP sera restée murée derrière les certitudes de sa mission hautement confiée et n'aura jamais réévalué son projet destructeur d'un iota, ignorant aussi bien les habitants du plateau que les avis consultatifs de hautes instances compétentes: Agence pour l'Environnement,  Cour des comptes, Cercle des transports,...

Même les recommandations de la Commission Nationale du Débat Public auront été ignorées.

Isabelle JARRY, garante de la concertation de 2015 concluait son rapport validant pourtant le projet destructeur par ces mots:

"La SGP devra veiller dans l’avenir à travailler en étroite concertation avec le public et les acteurs concernés lors de la phase de conception du viaduc, objet particulier d’inquiétudes"

Contribution 129

La contestation citoyenne reste forte entre St Quentin et Saclay ; Coté SGP, la trouille d’un mauvais coup reste puissante et Thierry DALLARD espère voir la rue du quai devant l’hypothétique gare au CEA.

Amusez-vous devant ces deux contrepèteries !

Les citoyens du plateau de Saclay sont toujours excédés par le comportement de la SGP qui depuis 2010 se fiche complètement de ce que pense les citoyens du plateau de Saclay. La position de la gare devant le CEA de Saclay, son architecture et les projets routiers ne laissent aucun doute sur le devenir des terres agricoles le long de la RD36. Combien d’hectares de terres fertiles sont voués à disparaitre au profit d’un aménagement anarchique des infrastructures routières et ferroviaire dont le modèle économique date d’un autre temps. En effet, les études présentées par la SGP et plusieurs associations annoncent  le tronçon CEA- St Quentin en Yvelines déficitaire. Sans surprise, La SGP continue sur la voie du déficit budgétaire, pire se félicitant par le biais de communications diverses d’avoir émis la première obligation verte. 

Extrait de : Le journaldugrandparis.fr
-« Premier émetteur 100 % vert, la Société du Grand Paris et son projet contribuent à asseoir Paris comme la première place de la finance verte dans le monde. »

Qui sait ! Un jour la SGP sera trainée en justice pour ECOCIDE, ce nouveau mot prononcé par les membres de la convention citoyenne. OUI un ECOCIDE est en train (jeu de mot) de faire son chemin.  Le long de la RD36, la disparition des terres agricoles nourricières est inéluctable et orchestrée par une collusion entre les politiques et l’industrie.  

Les temps changent mais la SGP campe sur son projet initial et démesuré sans tenir compte de l’évolution du contexte social et économique par l’emploi du télétravail, le produire et consommer « local ». 

Dernièrement l’annonce de la faillite de la société « Ile de France mobilités » démontre que le système de transports et son mode de financement est au bout du rouleau.

Le projet primitif faisait l’unanimité avec une ligne 18 enterrée et moins de gares. 

Je suis contre ce projet.

samedi 27 juin 2020

Visuels précis du viaduc - la catastrophe annoncée


En ces temps de nouvelle nième enquête publique (du 15/06/2020 au 17/07/2020) qui valide une gare du CEA à coté d'un réacteur nucléaire (même s'il est en phase de démantèlement) à la suite d'une pirouette de changement de réglementation, la lecture du Dossier Préliminaire de Sécurité -  Janvier 2020 nous livrait des visuels et autres dispositions d'insertions.

  • La distance entre appuis sera comprise entre 28 et 34 à 35 m dans la grade majorité,
  • La hauteur libre entre le Terrain Naturel et la sous face de tablier sera supérieure à 6 m en partie courante
  • La hauteur tablier + matériel roulant sera s'environ 6 m (déduite en l'absence de cotes fournies)  
  • La largeur d'encombrement totale sera légèrement inférieure à 10 m.
  • distance de 5 m minimum entre le bord de la RD36 et le bord de l'infrastructure, sans que soit précisé s'il s'agit d'une distance horizontale, entre le tablier ou les piles.
    Pour préparer le doublement du RD36! 
  • Et pour finir: Aucune construction ou arbre à moins de 10 m de l'ouvrage, sinon son sommet doit être à plus de 3 m de l'arase inférieure du tablier.

Oui! Coté intégration paysagère évoquée par la SGP dans les concertations et les enquêtes publiques, rien ne sera possible car rien ne sera autorisé pour masquer le viaduc et son métro qui passera toutes les 2mn à moins de 10m tout simplement parce qu'il n'y a pas la place!!!
  • Oubliez les abords en buttes végétalisées 
  • Oubliez la protection acoustique qu'ils auraient pu apporter
  • et "profitez" d'un paysage bétonné et tagué, symbole du progrès que l'"on" tient à nous apporter .

Quelques vues pour permettre d'apprécier la transformation du paysage que la SGP nous promet:
Agro parit





p93 - "Pour répondre aux différentes contraintes d’insertion (vandalisme, animaux,…), l’architecte a prévu un habillage de ces escaliers avec un système en lames inox."

Pour la première fois apparaît dans un dossier officiel le rendu des escaliers de secours et leur intégration au paysage et à l'environnement naturel existant. Des caisses en inox imaginées par un architecte inconnu et sans aucune consultation locale, perdues dans la campagne, des caisses dont on ne connait même pas les dimensions exactes mais que l'on peut seulement estimer à 5m x 15m x H (viaduc+rame métro) suivant les deux vues fournies.
Nous ne pouvons accepter cette horreur, surtout si cette expression est partie prenant dans l'avis qui doit être rendu.

p94 - implantation des 5 caisses.